dimanche 2 septembre 2007

Le vent tourne


Peut-on appeler un baroud d'honneur les dernières interventions du webmaster de mixbeat/Coca ? Sûrement pas, car le mot honneur ne fait pas partie de son vocabulaire. C'est la débandade totale d'un lâche (il ne signe pas ses messages mais les attribue à d'autres). Laissons le s'enferrer dans ses mensonges, ses contradictions, ses calomnies.

Désormais tout internet sait qui est Carl Zéphir et de quelles bassesses il est capable. On croyait l'homme intelligent. On découvre un méprisable individu.

Plutôt que de continuer à calomnier d'hypothétiques adversaires qui n'y peuvent rien, il devrait lire ceci :

Le blog du Comité Anti-Mixbeat n'est pas l'émanation des personnes qu'il cite régulièrement. Il suffit de comparer les styles. Comment les gens qu'il soupçonne d'être derrière notre blog pourraient-ils, avec leurs seuls moyens, avoir retrouvé Patrice L. par exemple ?

Le CAM n'a aucun contentieux personnel avec mixbeat/Coca. Il n'est pas né avec un esprit de vengeance. Il est l'instrument d'un collectif décidé à mettre un terme aux agissements d'un site raciste, antisémite, homophobe, diffamatoire, sexiste (il faut lire le récent fil consacré au pipi des femmes !). Nous n'appartenons donc pas à la sombre galaxie des habitués de ce forum, sur lequel nous sommes arrivés par hasard, il y a quelques mois, lors de la campagne pour les élections présidentielles. C'est peut-être une piste pour lui. En tous cas, ce n'est pas en diffamant nommément des tiers qu'il va arranger son cas. Fuite presque suicidaire d'une armée défaite, pillant et massacrant tout sur le chemin de sa retraite.


2 commentaires:

Ca sent la fin a dit…

Ah oui la c'est le vrai chant du cygne, monsieur carl panique, il en devient pathétique.
Mais c'est bien faut le pousser à bout, c'est comme ça qu'il livre son vrai visage.
Quand on va trop loin ça finit toujours comme ça

Anonyme a dit…

J'ai toujours prédit à Carl Zéphyr alias Carl de Canada qu'il serait un jour l'arroseur arrosé...il fait moins le malin maintenant qu'il a été condamnée par la justice française.